Retrogaming – La presse JV il y a 30 ans: Novembre 1990 – Joystick 10

Si je lis encore beaucoup de magazines papiers, et essentiellement des magazines sur le rétrograming, régulièrement, je me replonge dans la lecture de vieux numéros. Dans cette rubrique, je reviendrai sur de vieilles relectures, histoire de faire une petite revue de presse, de se rappeler à quoi on jouait à l’époque, devant quelles news on bavait !

On commence par le Joystick 10 de Novembre 1990 !

Joystick 10 de Novembre 90

Alors, premier constat, qui contraste pas mal avec les magazines actuels, et même les autres magazines de l’époque, Joystick, c’était un pavé ! Le nombre de pages était même mis en évidence sur la couverture ! Plus de 290 pages pour 25Fr, (soit 5.9€ en tenant compte de l’inflation).

Evidemment, il y avait beaucoup de pages de publicité, pour des jeux et des boutiques, mais à cette époque où internet n’existait pas, ces publicités étaient importantes pour le lecteur ! Elles étaient aussi une source d’information.


Les publicités:

Les publicités occupaient une part importante du magazine. Elles pouvaient avoir un réel impact sur les ventes, et certains éditeurs n’hésitaient pas à publier de belles doubles pages pour annoncer leurs jeux. Voici deux exemples de publicités qui m’avaient marquées à l’époques et qu’on peu trouver dans les pages de ce numéro:

Panza Kick Boxing
Disc de Loriciel.

C’était moins cher avant…. ou pas

On a pour habitude de penser que le prix des jeux vidéo n’a cessé d’augmenter au fil des années. J’ai donc repris un petit encart publicitaire de Micromania pour la Megadrive et ai converti les prix de la console et des jeux en tenant compte de l’inflation. Le résultat est étonnant avec des jeux à plus de 100€ !


Les previews ou dossiers:

Comme la plupart des magazines de l’époque, on ouvrait sur une série de news et previews. Les journalistes profitaient parfois d’une visite chez un éditeur pour présenter les jeux à venir, comme ils le font dans ces pages avec Loriciel ou Lankhor. Parmi les previews présentées, peu on à part peut être Disc et Eye of the Beholder, jeu adapté de la licence Donjons & Dragons, digne successeur de Dungeon Master.

Mais à cette période, on était en plein « Tortuemania »: Dessin animé, jouets, jeux vidéos et l’arrivée du Film. Joystick surfait bien sûr sur cette vague, avec une couverture dédiées aux ninjas de carapace, mais également un dossier de quatre pages, revenant sur la genèse du comics, mais aussi les produits dérivés, les jeux et le film.

Supplément Consoles News

A cette époque, avant la sortie de Joypad, le petit frère dédié aux consoles, Joystick proposait un supplément non détachable, dédié aux consoles: Consoles News. Il s’agissait ici du 5eme numéro.

Pour rappel, la SNES n’était pas encore sortie. Au Japon, elle allait arriver quelques jours plus tard, mais aucune mention de la console dans ces pages. Pourtant, on a droit à un petit dossier sur Nintendo France, enfin Bandai à l’époque, à l’occasion d’une petite visite dans les locaux. On a droit à un petit focus sur la hotline Nintendo, avec une interview d’une de ces personnes qui pouvait vous répondre au téléphone pour vous aider lorsque vous étiez bloqué dans vos jeux..

Dans ce supplément, on avait droit bien évidement à quelques previews, mais rien de remarquable. Et bien sur, de nombreux tests, rédigés pour la plupart par le grand J’m Destroy.

Rainbow Island sur Megadrive: Après l’énorme succès mérité de Bubble Bobble, Taito propose une suite assez différente. Les tableaux fixes laissent la place à des niveaux à scrolling vertical, très colorés. Les petits dragons ont été remplacés par Bub, un petit bonhomme capable de lancer des arc-en-ciel. Dans ces niveaux colorés, il va falloir atteindre le sommet du niveau, et esquivant ou tuant des ennemis tout mignons. Un jeu qui aurait pu être excellent s’il avait proposé un mode deux joueurs comme son aîné.

Si cette version n’est pas la meilleure (je préfère la version Amiga, plus belle) elle a le gros avantage d’être jouable au pad, avec plusieurs boutons, et propose une bien meilleure jouabilité que sur micro.

Le jeu récolte un timide 81% .

Wild Streets sur GX4000: Alors pourquoi m’arrêter sur ce jeu qui ne parait pas extraordinaire, sur une console que personne n’a jamais eu en main ? Parce qu’à l’époque je possédais un Amstrad CPC 6128, finalement très proche de la GX4000, et que j’avais attendu avec beaucoup d’impatience ce jeu.

Dans ce beat’em all à scrolling horizontal de Titus, on incarne un gars armé d’un flingue (avec un nombre de munitions très limité) et suivi par une panthère noire qui s’en va castagner du méchant. Les screenshots Amiga ou Atari ST me faisaient rêver et j’attendais donc avec impatience l’adaptation CPC, qui une fois de plus ne sera pas à la hauteurs de mes attentes. La version GX4000 est assez proche la version CPC et ne mérite en aucun cas l’investissement, et prouve que cette console n’a aucun intérêt.

Le jeu récolte un petit 64% .

Hellfire sur Megadrive: On finit avec Hellfire, un shoot qui aux dires de J’m Destroy surpasse l’incroyable Thunder Force III. Sachant que j’avais surkiffé Thunder Force III, qui reste peut être mon shoot préféré de tous les temps, et sachant que je n’ai jamais lancé Hellfire… je sais ce qu’il me reste à à faire.

Le jeu récolte un 97% .


Les jeux Micro:

Mais Joystick était avant tout un magazine Micro: PC, mais surtout Amiga, Atari ST et encore un peu Amstrad CPC. De mon côté, j’étais toujours équipé de mon Amstrad CPC 6128, mais suivais assidûment la presse pour voir vers quelle machine m’orienter par la suite. Dans ce numéro 10, on avait droit à de très nombreux tests, avec entre autres Super Off Road Racer, The Spy Who Loved me, Saint Dragon, Wing Commander, Prince of Persia sur CPC ou PC, Nitro, Cadaver, Shadow of the Beast sur CPC, James Pond, Pang, Battle Chess 2.

Je ne reviendrai pas sur tous ces jeux, même si j’ai passé pas mal d’heures sur certains d’entre eux. Je vais cependant revenir rapidement sur trois jeux, qui m’ont un peu plus marqué à l’époque:

Powermonger sur Amiga: Le gros jeu du mois, la nouvelle super production d’un Peter Molyneux qui avait le vent en poupe après un Populous qui avait fait l’unanimité. Dans Powermonger, on garde un peu le principe de Populous, tout du moins dans sa représentation, mais on gagne en complexité: gestion militaire, des stocks de nourriture, inventions. Bref, un an avant le premier Civilization, on retrouve quelques idées qui feront le succès du jeu plus tard.
Mais pour moi l’époque, le jeu était peut être trop complexe, puisque j’avais vite décroché, alors que quelques mois plus tard, je passerai des centaines d’heures sur Populous II.

Le jeu récolte un 98% et un « Joystick Megastar ».

Panza Kick Boxing sur Amiga: Voici le meilleur jeu de boxe, pour l’époque, qui récolte un mérité « Joystick Megastar ». Entrainement, personnalisation du boxeur, paramétrage des contrôles pour affecter les nombreux coups disponibles aux différentes directions du joystick (et oui, on n’avait qu’une seul bouton à l’époque sur Amiga). A cela, on peut ajouter une animation incroyable, de superbes graphismes et des bruitages qui collent parfaitement à l’action, et on obtient un jeu qui aura droit à de nombreuses adaptations sur les autres plateformes et qui restera culte !

Le jeu récolte un 98% mérité et un « Joystick Megastar ».

Lotus Esprit Turbo Challenge: Bon, alors là, on va parler d’une série chère à mon cœur, les Lotus Esprit Turbo Challenge. Je vous en ai souvent parlé sur ce site, notamment depuis la sortie de Horizon Chase Turbo, son digne successeur. Dans Lotus Esprit Turbo Challenge, on conduisait une Lotus, dans une course qui voyaient s’affronter vingt concurrents. Tout était là, impression de vitesse, superbes graphismes, mode 2 joueurs en écran splité, musique d’enfer. Et la suite proposera même un mode Link qui permettra de jouer à 4 ou à 2 sans spliter les écrans. Un bonheur !

Le jeu récolte un 93% et un « Joystick Megastar ».


Je vous donne rendez-vous très bientôt pour un petit récapitulatif en vidéo sur les jeux qui ont marqué ce mois de Novembre 1990 !

Une pensée sur “Retrogaming – La presse JV il y a 30 ans: Novembre 1990 – Joystick 10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.