Review de Steampunk 1 (Semic – 2001)

1998, Cliffhanger le nouveau label de Wildstorm voyait le jour et devait permettre la publication de nouvelle séries en creator-owned. Les premières à voir le jour furent Danger Girl (de J. Scott Campbell), Battle Chasers (de Joe Maduriera) et Crimson (d’Umberto Ramos). Ces séries ont marqué leur temps aussi bien par leur succès que leurs nombreux retards de publication.

Quelques années plus tard, c’est au tour de Chris Bachalo et Joe Kelly de lancer leur série sous ce label: Steampunk.

Randy et Sköm, deux pilleurs de tombe découvrent une étrange machine qui semble renfermer un personnage tout aussi étrange: Un homme apparemment mort, équipé d’un bras mécanique et d’une machine à vapeur dans son ventre. Mort, pas vraiment car l’homme machine va vite se réveiller.

C’est donc en pleine époque victorienne, dans une ville de Londres où les riches vivent en haut et les pauvres en bas, que Cole Blaquesmith revient à la vie. Mais qui est-il vraiment? Pourquoi était-il enfermé dans cette tombe? Voilà les questions auxquelles vont devoir répondre les auteurs.

J’attendais à l’époque cette série avec une grande impatience. J’ai toujours été un grand fan de Chris Bachalo, et fasciné par l’univers Steampunk. Ce premier numéro était une bonne mise en bouche: présentation des nombreux personnages et de l’univers.

Mais voilà, cela reste assez brouillon et difficile de s’y retrouver: Trop de personnage et un découpage des cases très beau mais pas toujours très lisible. Si la patte graphique ne vous plait, la lecture risque de se révéler vite être un calvaire. Malgré tout, ce début de série est plutôt bon à mon goût. Dommage que la série ne durera guère plus que les autres du même label !


Sortie: Février 2001
Editeur: Semic
Où le trouver: Ces épisodes n’ont jamais été ré-édités en France. Il faudra vous orienter vers le marché de l’occasion pour trouver ces revues de 2001.

Contient les épisodes:

  • Steampunk One-shot 1
  • Steampunk 1

Avis: Les fans d’univers Steampunk ou de Chris Bachalo s’y retrouveront.

 

 

 

Une pensée sur “Review de Steampunk 1 (Semic – 2001)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *