Review de Cat’s Eye 1 (Panini 2008)

Si vous avez à peu près le même age que moi, vous connaissez très certainement Cat’s Eye: Trois sœurs qui tiennent un café le jour, et qui laissent tomber leur tablier pour revêtir leur plus saillant justaucorps et devenir les plus grandes voleuses d’oeuvre d’art du Japon.
Sorti dès 1981 au japon, ce manga de Tsukasa Hojo, à qui l’on doit également Nicky Larson (City Hunter), a été adapté en série animée qui s’est vue diffusée sur FR3 dès 1986 (avec quelques rediffusions plus tard). Et c’est par cette série que j’ai bien évidement découvert et suivi les aventures de ces trois cambrioleuses.

La série tourne autour d’Hitomi  (Tam dans l’animé VF), qui assure une grande partie des casses et qui sort avec un jeune inspecteur, Toshio Utsumi (Quentin dans l’animé). Elle est aidée par ses deux sœurs, Rui (Sylia en VF) et Ai (Alex en VF), et indirectement par Toshio, qui aveuglé par son amour pour Hitomi, fera à longueur d’épisodes de grosses indiscrétions sur les manœuvres policières. Le trio va donc enchaîner les braquage d’œuvres d’art. Et même en les annonçant à l’avance, la police ne parviendra bien évidement pas à les prendre, ne trouvant à la place des œuvres dérobées qu’une carte signée « Cat’s Eye ».
A ces personnages vient s’ajouter Mitsuko Asatani  (Odile en VF) la coéquipière d’Utsumi. Plus perspicace qu’Utsumi, elle va rapidement avoir des soupçons sur le trio de jeunes filles. Il faut dire qu’en tenant un café au même nom que le trio de voleuses, il y a de quoi éveiller les soupçons !

Dans ce premier tome, on a droit à la mise en place des personnages. Les jeunes filles enchaînent les casses, sans qu’on comprenne pour le moment leur motivations. Si j’avais eu l’impression à l’époque que l’animé fonctionnait en One Shot (épisodes indépendants), une intrigue générale semble se dessiner, et je suis donc impatient de découvrir les tenants et aboutissants.

Malgré son age, ce manga a plutôt bien vieilli. Graphiquement c’est du solide, et l’humour, parfois légèrement salace est bien présent, mais certainement plus modérément que dans City Hunter. Il faudra d’ailleurs que je lise également le manga à l’occasion de cette série.

En bonus, le générique VF de l’animé diffusée par FR3:


Sortie: Janvier 2008
Editeur: Panini
Où le trouver: Se trouve facilement sur le marché de l’occasion ou neuf sur Amazon.


La série compte une quinzaine de volumes, et j’espère pouvoir lire l’intégralité de la saga et ainsi découvrir les mystères qui m’avaient échappé dans l’animé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *