Moon Knight 1 – Revenu d’entre les morts (Panini – 2015)

Moon Knight fait partie de ces héros Marvel sous-exploités. S’il est clair que la maison des idées a voulu en faire son Batman, il faut bien reconnaître que la sauce ne prend pas vraiment. Malgré quelques apparitions dans des équipes de renom (Vengeurs de la Côte Ouest, Secret Avengers), le personnage a toujours du se contenter de seconds rôles, bien loin du rôle de son homologue dans la JLA.

Pourtant, le background du personnage est intéressant: émissaire d’un dieu égyptien, schizophrène, riche et équipés des gadgets qui n’ont pas à rougir face à ceux de Batman. Il ne manque peut être qu’une bonne équipe artistique pour que le héros prenne son envol.

Alors forcément, lorsque Warren Ellis et Declan Shalvey prennent sa destinée en main pour six épisodes, on ne peut qu’espérer voir enfin un récit à la hauteur du potentiel du personnage !

Durant six épisodes indépendants, nous allons voir un héros redoutable, dans une tenue moins super héros que d’habitude. Fini la grande cape, et place au smoking blanc. Mais cela ne l’empêchera pas d’être aussi efficace que pourrait l’être l’homme chauve-souris. Il va essayer lui aussi inspirer la peur auprès des petites frappes, mais aussi focaliser ses actions sur des adversaires surnaturels, rappelant qu’il n’est pas seulement Marc Spector, mais aussi l’émissaire de Khonsou, le dieu égyptien de la lune.

Sans être extraordinaire, cette ré-interprétation du personnage est assez intéressante, le style graphique de la série laisse une grande place aux belles planches, pleines d’actions, parfois dénuées de texte. Sans révolutionner le genre, ni le personnage, tous les lecteurs devraient y trouver leur compte: les grands connaisseurs du personnages mais aussi les néophytes à condition de ne pas être allergique a style particulier de Warren Ellis.


Sortie: Janvier 2015
Editeur: Panini
Où le trouver: Se trouve facilement en librairie ou sur Amazon.

Contient les épisodes:

  • Moon Knight (2014) 1-6

Avis: Un recueil sympathique, avec de beaux dessins et quelques petites histoires intéressantes. Sans être indispensable, les fans de héros urbains devraient y trouver leur compte, pour peu qu’ils ne soient pas hermétiques au style parfois un peu space de Warren Ellis. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *