Jeux de société: Mon TOP 10 pour 2021 – 2ème Place: Everdell

Après une année 2020 très particulière (confinement, distanciation, etc), on était en droit d’espérer que 2021 sera une année plus normale. Et bien ce ne fut pas vraiment le cas, mais si depuis septembre la vie associative a repris un semblant de vie. Bref, cette année encore, il a fallut innover, avec les jeux en ligne, les modes solo, etc. Et au final, je me rends compte que je n’ai pas beaucoup joué.

Malgré tout, je vais une nouvelle fois vous proposer mon TOP 10 des jeux auxquels j’ai le plus joué. Pas forcément des jeux sortis cette année, ni les meilleurs jeux, mais ceux que j’ai le plus sorti des placards.
Tout au long du mois, je vous dévoilerai donc ces 10 jeux, pour arriver à mon chouchou 2021.

2eme: Everdell

Everdell

Présentation: Comme je l’ai déjà évoqué plusieurs fois, Everdell est avec Nemesis un des premiers jeux que j’ai backé sur Kickstarter. J’ai immédiatement flashé sur la direction artistique: les cartes, le plateau et l’arbre. Nul doute qu’un gros travail a été fait pour rendre le jeu attirant au premier coup d’œil. Mais il n’est pas remarquable que par son esthétique. La mécanique est elle aussi très intéressante.

Chaque joueur incarne une race d’animaux qui a une année pour préparer l’arrivée de l’hiver dans la forêt d’Everdell. On a donc quatre saisons, soit quatre tours de jeu pour effectuer nos actions en posant nos ouvriers sur les nombreuses actions disponibles: récolter des baies, ramasser du bois, construire des bâtiments, recruter des créatures, etc. Les cartes peuvent être jouées depuis sa main, mais également depuis la clairière, une zone commune à tous les joueurs dans laquelle huit cartes sont disponibles.

A la fin de chaque saison, on récupère ses ouvriers, on en gagne de nouveaux, et on a droit à quelques bonus. L’une des particularités du jeu est qu’on n’attend pas que les autres joueurs aient terminé leur saison pour passer tous ensemble à la suivante. Cela a pour conséquence de ne pas libérer tous les emplacements du plateau comme c’est habituellement le cas dans ce genre de jeu.

J’ai consacré un Podcats au jeu ici.

Le jeu propose également un mode solo dans lequel il faut affronter Rugwort le Rascal sur 3 années, chaque année devenant plus difficile. Les règles restent les mêmes, même s’il faut revoir complémentent sa manière de jouer pour espérer gagner. Là encore, je vous invite à écouter le Podcast consacré au mode solo ici.

Everdell et ses extensions

Enfin, Everdell a eu droit à trois extensions (en dehors des petites extensions présentes dans les éditions Kickstarter), apportant leur lots de nouveautés plus ou moins importantes.

1ère extension: Pearlbrook

Pearlbrook est la première extension, lancée sur Kickstarter et disponible en France chez Matagot. Elle permet d’ajouter un nouveau plateau, dédié au monde subaquatique. On y trouve de nouvelles destinations, accessibles via le nouveau meeple, l’ambassadeur. Une nouvelle ressource fait son apparition: les perles, et de nombreuses modifications tournent autour de cette ressource: nouvelles cartes et surtout les merveilles qui viennent remplacer les traditionnels événements, etc. L’extension est sympathique, même si elle demande de revoir totalement sa manière de jouer pour se focaliser sur ces nouvelles merveilles, et casse finalement un peu la mécanique « traditionnelle » du jeu. Là encore, j’ai consacré un petit podcats à cette extension ici.

2ème extension: Bellfaire

Sortie simultanément avec Spicecrest, Bellfaire est la seconde extension. Elle propose de nombreux petits modules indépendants qui peuvent être ajoutés (ou non) selon les humeurs pour apporter un peu de nouveauté: petit plateau additionnel, plateaux individuels, pouvoirs, nouveaux événements, nouvelles cartes, mode 5 et 6 joueurs, etc. Une extension très sympathique pour les joueurs réguliers. Elle a aussi eu droit à son petit podcast ici.

Spicecrest est elle pour moi la meilleure extension. Elle apporte de réelles nouveautés intéressantes (pas comme Bellfaire) et qui ne viennent pas casser la mécanique du jeu (comme Pearlbrook): On a un principe de météo qui va modifier les conditions de jeu, un nouveau plateau pour le voyage effectué par un nouveau meeple, qui va permettre de gagner des points supplémentaires, et les super créatures, qui vont pouvoir remplacer vos meeples et apporter quelques capacités intéressantes !

3ème extension Spicecrest

Mais, Starling Games ne compte pas s’arrêter là, puisqu’il a lancé il y a quelques mois une nouvelle campagne Kickstarter pour deux nouvelles extensions et une big box: Newleaf et Mistwood.

J’ai bien sûr commandé ces extensions et vous en reparlerai très bientôt !

Cette année, j’ai joué à de nombreuses reprises en solo, avec les diverses extensions à Everdell, et ce jeu reste l’un de mes jeux préférés !

A noter qu’une application Android a été annoncée pour cette année ! J’ai hâte.


Éditeur: Starling Games, et Matagot en France
Auteur: James A. Wilson et Andrew Bosley
Nombre de joueurs: 1 à 4 (et jusqu’à 6 avec les extensions)
Age: à partir de 13 ans
Durée moyenne des parties: 1h à 2h
Prix indicatif: 55€ pour la boite de base, 45€ pour Pearlbrook, 35€ pour Bellfaire et 40€ pour Spicecrest


Pourquoi ce jeu:

  • Un jeu de pose d’ouvriers avec des mécaniques originales.
  • Un plateau qui se renouvelle avec les cartes foret et objectifs.
  • Un très bon mode solo.
  • Pleins d’extensions disponibles et de nouvelles à venir.
  • L’application Android arrive !
  • Le jeu est très beau !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *