Dragon Ball Super 1 (Glénat 2017)

Dragon Ball est sans conteste LE manga que tout le monde connait en France. La série animée a fait les beaux jours de Dorothée et de son club! Mais en ce qui me concerne, c’est surtout le manga (papier) qui a bercé ma jeunesse. Tous les mois j’attendais avec impatience la suite des aventures de San Goku et de ses amis.

Certains arcs étaient juste excellents: la jeunesse de Goku, l’arc avec Freezer. Mais sur la fin, Akira Toriyama était nettement moins inspiré, et il était temps que celle longue épopée s’achève.

Quelques année plus tard, Toei Animation imagine une suite avec la nouvelle série animée Dragon Ball GT. San Goku rajeunit, ce qui avait pour objectif de retrouver la fraîcheur des débuts de la série. Mais la série ne sera pas grande une réussite, et Akira Toriyama ne sera impliqué que de très loin.

Alors, lorsque l’auteur annonce son grand retour pour une vraie suite à la série d’origine, on ne peut que se réjouir… ou pas. Voici donc le manga Dragon Ball Super… Je ne vous parlerai pas ici de la série animée qui n’a d’ailleurs pas très bonne presse.

On retrouve San Goku et ses amis tels qu’on les avait laissés à la fin de la série Dragon Ball Z. Le héros est toujours avide de combats, et s’entraîne sans relâche, attendant la venue d’un éventuel adversaire à sa hauteur. Suite au réveille de Beerus, dieux de la destruction, les héros vont alors apprendre l’existence du Super Saïyen Divin. Et ils ne sont pas au bout de leurs surprises, puisqu’ils vont découvrir des univers parallèles. Ceci va leur donner l’occasion d’affronter de nouveaux adversaires lors d’un grand tournois entre les champions de ces univers.

Cette intrique rappelle grandement le manga ‘amateur’ Dragon Ball Multiverse, qui finalement est plus intéressant que ce premier volume d’un Akira Toriyama peu inspiré. Le rythme est étrange, parfois lent, et parfois trop rapide. La mise en page, et surtout la mise en forme du texte sont très médiocres, avec du texte totalement illisible sur certaines cases. Bien sûr les combats sont toujours aussi dynamiques, et funs, mais on a vraiment l’impression que le reste a été bâclé pour arriver le plus rapidement possible aux scènes d’affrontement. Dommage, car comme dans la saga de Freezer, c’était le mélange bonne intrigue/combats dantesques qui m’avaient marqué à l’époque.


Sortie: Avril 2017
Editeur: Glénat
Où le trouver: Peut se trouver dans toute bonne librairie, comme sur Amazon.


Avis: Mouai, je ne m’attendais pas à grand chose vu les échos que j’avais eu au sujet de la série animée, et j’avais bien raison. Il faut vraiment être fan de l’univers pour trouver un intérêt à lire ce manga.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *